Modélisation des savoirs

Expérimentation cognitive

Les devins sont capables de construire entièrement de tête les filles d'un tableau de sikidy, c'est-à-dire sans les réaliser avec les graines.

Comment font-ils ? Pour calculer les filles de première génération, ils peuvent le faire en regardant la matrice mère dont elles dépendent directement. Mais pour les suivantes, ils doivent en principe mémoriser les générations précédentes comme résultats intermédiaires. Dans l'extrait ci-dessus, le devin donne d'abord celles de première génération safary et asorita, puis leur fille saily. À la fin, il termine par la quatrième génération kiba. En réalité, il est peu probable qu'ils procèdent ainsi dans la pratique. Vraisemblablement, ils utilisent une méthode de simplification algébrique ramenant directement le calcul des filles aux éléments de la matrice mère.

On peut le soupçonner lorsque les devins inversent l'ordre de construction des filles. C'est le cas ici, où une fille de seconde génération est construite avant l'une de ses mères (première génération). La discussion avec le devin tourne au dialogue de sourd, celui-ci affirmant « je fais ça par coeur », ce qui montre les difficultés de l'enquête sur ces questions de logique.

Nous avons fait des expériences cognitives (à l'aide de tests chronométriques) pour mettre en évidence l'utilisation effective d'une méthode de calcul des filles directement à partir de la matrice mère.

test chrono calcul mental   ecran ordi

Sur l'écran d'un ordinateur, des tableaux de sikidy sont proposés, dont les filles sont remplacées par de simples rectangles verticaux sauf pour l'une d'entre elles. Par rapport à la matrice mère, cette unique fille apparente est soit correcte, soit incorrecte. Le devin doit dire si le calcul est juste ou non en appuyant sur une touche à gauche ou à droite selon le cas. Dans cette situation inhabituelle, les devins se sont mis spontanément à verbaliser à haute voix les opérations qu'ils réalisaient. Globalement, les résultats montrent qu'ils respectent l'ordre des générations pour une part, mais en court-circuitant certaines opérations intermédiaires pour une autre part. Une fois sur deux environ, ils donnnt le nom d'une fille de deuxième génération, sans donner le nom de l'une des filles de première génération dont elle dépend. Il semble donc assez courant que les filles de deuxième génération soient calculées sans passer par celles de première génération. De plus, si la matrice mère est symétrique par rapport à la deuxième diagonale, la fille de troisième génération est nécessairement (2 2 2 2), et dans ces cas-là, le devin a souvent répondu directement en ne citant aucune position intermédiaire.

Dans les deux exemples audio ci-après, on peut suivre le raisonnement du devin :

  • dans le premier cas, il dit "Renilaza fito" = 7 fois la figure (1 2 2 2), c'est-à-dire qu'il reconnaît un tableau particulier fohatse avec sept (1 2 2 2) dont la matrice mère est symétrique, et dans ce cas, il sait que la figure (2 2 2 2) est en position 12 = "Asombola haky".

    ecran ordi 16  
          .. .. .. .  
          .. .. .. .. 
          .. .. .. .. 
          .. .. .. .. 
    
    .. .  .  .. .. .  .  .  
    .. .. .. .. .. .. .. .. 
    .. .. .. .. .. .. .. .. 
    .. .. .. .. .. .. .. .. 
    9  10 11 12 13 14 15 16 
    -----------------------
    

  • dans le second cas, il dit "Alasady safary, diso, alikarabo safary" = (1 2 1 1) en position 15, "Alasady saily" = (1 1 2 2) en position 14, "Alikaosy asorita" = (2 1 1 1) en position 13, "Alohotsy haja" = (2 1 2 1) en position 11, "Adalo ombiasy" = (1 2 1 2) en position 10, "Tareky fahasivy" = (1 1 1 1) en position 9, "Alotsimay haky" = (2 1 1 2) en position 12, "Renilaza kiba" = (1 2 2 2) en position 16, donc on voit
    • qu'il calcule celle en position 14 avant celle en position 13 dont elle dépend car 14=13+15,
    • qu'il calcule celle en position 10 avant celle en position 9 dont elle dépend car 10=9+11,
    • qu'il donne la bonne figure (2 1 1 2) en position 12 calculée de tête.

    ecran ordi 10  
          .  .  .. .  
          .. .  .  .  
          .  .. .. .  
          .. .  .  .. 
    
    .  .  .. .. .. .  .  .  
    .  .. .  .  .  .  .. .. 
    .  .  .. .  .  .. .  .. 
    .  .. .  .. .  .. .  ..  
    9  10 11 12 13 14 15 16 
    -----------------------
    

Le sujet est loin d'être épuisé, car lors de la dernière mission en octobre 2007, nous avons rencontré un devin qui construit immuablement les filles de droite à gauche, c'est-à-dire en commençant toujours par celle de quatrième génération.

Dans la vidéo ci-dessus, il tire au hasard le tableau suivant :

      .  .  .. .  
      .  .  .  .  
      .  .  .. .  
      .. .  .  .. 

.  .  .. .. .. .  .  .  
.  .. .  .. .. .. .. .  
.. .. .. .  .. .  .  .. 
.  .  .. .  .  .. .  .  
9  10 11 12 13 14 15 16 
-----------------------

Il n'en connaît donc pas les filles à l'avance, mais il les construit pourtant sans erreur de droite à gauche comme on le voit sur la vidéo en commençant par (1 1 2 1) en position 16 (quatrième génération), c'est-à-dire avant celles de première génération 15, 13, 11, 9, de deuxième 14, 10 et de troisième 12 ...!

Présentation | Règles de la divination | Expérimentation cognitive |
Carnets de devin | Financement, publications, participants | Accès à la base de données