Modélisation des savoirs

Règles de la divination

Les devins-guérisseurs construisent des tableaux en disposant des graines sur une natte. Ces tableaux sont constitués d'une partie supérieure et d'une partie inférieure. La partie supérieure est appelée "matrice mère" (renin-tsikidy). La partie inférieure, constituée des "colonnes filles", est calculée à partir de la précédente selon des règles précises. Chaque case du tableau contient 1 ou 2 graines. Parmi tous les tableaux que l'on peut construire, certains appelés toka ou fohatse sont considérés par les devins comme doués d'un pouvoir considérable.

tableau de graines
  • Matrice mère = partie supérieure du tableau, sous forme d'un carré de 4 lignes et 4 colonnes.
  • Colonnes filles  = partie inférieure du tableau, sous forme de 8 colonnes de 4 éléments, calculées à partir de la matrice mère. On additionne entre elles des colonnes, ou des lignes (les lignes sont lues de droite à gauche) de la matrice mère, en appliquant la règle :
    • 1 + 1 = 2
    • 2 + 2 = 2
    • 1 + 2 = 1
  • construction des filles

    Le "tableau" complet est l'ensemble matrice mère + colonnes filles :

          .. .  .  .           matrice mère (4 lignes + 4 colonnes)
          .  .. .  .  
          .. .  .  .  
          .  .  .. .. 
    				
    .  .  .. .. .  .  .. .     colonnes filles (8 colonnes) 
    .  .  .. .. .  .  .. .  
    .. .  .  .. .  .  .. .  
    .  .. .  .. .. .. .. .. 
    -----------------------
    
    

  • Positions : Le tableau ainsi construit, matrice mère et colonnes filles, définit au total 16 positions (4 lignes + 4 colonnes de la matrice mère + 8 colonnes filles). La prédiction du devin dépend des "figures" qui apparaissent dans ces 16 positions. Attention : les "lignes" de la matrice mère sont lues de droite à gauche.
  • Figures : Ce sont des quadruplets, c'est-à-dire des listes ordonnées de quatre éléments valant 1 ou 2, par exemple (1 1 1 2). Il y en a 2^4 = 16 possibles. Le principe de la divination est d'observer quels quadruplets apparaissent dans les positions du tableau.
  • Princes / esclaves : On distingue les figures qui ont un nombre pair ou impair de graines :
    • princes  = figures avec un nombre pair de graines, par exemple (2 2 1 1) qui a 6 graines
    • esclaves  = figures avec un nombre impair de graines, par exemple (1 1 1 2) qui a 5 graines.
  • Points cardinaux  = il existe un classement des figures en points cardinaux. Ce classement intervient aussi dans la divination. Par exemple deux princes de même point cardinal ne se nuisent jamais. Le classement est le suivant :
    • Nord  = (1 2 2 2), (2 2 1 2), (1 1 1 2), (1 2 1 2)
    • Ouest  = (2 2 2 1), (1 2 1 1), (1 2 2 1), (2 1 2 1), (2 1 1 1)
    • Est  = (2 1 2 2), (2 2 1 1), (2 1 1 2)
    • Sud  = (2 2 2 2), (1 1 1 1), (1 1 2 2), (1 1 2 1)
  • points cardinaux

    La divination à Madagascar est d'origine arabe. Dans la tradition arabe, il existe de nombreux manuscrits qui sont des traités de géomancie. Voici un extrait de manuscrit arabe du XVe siècle donnant un classement en points cardinaux :

    points cardinaux arabes

  • Toka (ou tokan-tsikidy)  = tableaux dans lesquels l'un des points cardinaux n'est représenté qu'une seule fois parmi les seize positions du tableau (quatre lignes + quatre colonnes de la matrice mère + huit colonnes filles).
  • Fohatse  = tableaux dans lesquels l'une des figures apparaît un grand nombre de fois, concrètement un nombre de fois supérieur à 8. Par exemple, ci-dessous la figure (1 1 1 2) est répétée exactement 8 fois (lignes et colonnes mères, colonnes filles). On peut vérifier qu'il y a seulement 5 tableaux possibles de ce type, avec exactement 8 répétitions de (1 1 1 2).
  •       .. .  .  .  
          .  .. .  .  
          .. .  .  .  
          .  .  .. .. 
    
    .  .  .. .. .  .  .. .  
    .  .  .. .. .  .  .. .  
    .. .  .  .. .  .  .. .  
    .  .. .  .. .. .. .. .. 
    -----------------------
    

    On peut combiner les propriétés entre elles, par exemple, un toka pour les deux colonnes de droite en haut (Sud et Est uniques)

          o  o  e  s  
          .  .. .. .  o  
          .. .  .  .  n  
          .. .  .  .  n  
          .  .  .. .  o  
    
    .. .. .. .. .  .. .  .  
    .  .. .  .  .  .  .. .. 
    .. .  .  .. .  .  .. .  
    .  .. .  .  .. .  .  .. 
    o  n  o  o  n  o  o  n  
    -----------------------
    

    ou bien le tableau suivant qui est triple toka (c'est le seul de ce type à une inversion près des lignes et des colonnes)

          s  o  s  s  
          .  .. .  .  s  
          .  .. .  .  s  
          .. .. .. .. s  
          .  .  .  .  s  
    
    .  .  .. .. .  .  .. .  
    .  .  .. .. .  .  .. .  
    .  .  .. .  .. .. .. .  
    .  .  .. .  .. .. .. .. 
    s  s  s  e  s  s  s  n  
    -----------------------
    

    Le fait qu'une figure soit unique de son point cardinal (toka), ou au contraire répétée un grand nombre de fois (fohatse), lui confère une grande force symbolique. Pour la faire agir, le devin la recouvre d'une poudre blanche. Après avoir retiré les graines, il recueille la poudre dans un récipient, et la mélange avec d'autres ingrédients (feuilles pilées, poudre obtenue en grattant des morceaux de bois volohazo, miel, lait caillé, fragments de pâte prélevée dans une corne sacrée mohara, sang d'un animal sacrifié). La décoction est utilisée de diverses manières :

    • dispersion dans un lieu où l'on veut éliminer un mauvais sort,
    • inhalation par le patient,
    • aspersion du patient pour accompagner une bénédiction,
    • ou bien carrément ingestion par celui-ci.

    La poudre versée sur les graines permet de relier symboliquement la construction abstraite du tableau avec le remède confectionné par l'ombiasy.

    poudre sur un toka

    Lorsque qu'il s'agit de prédire la destinée, les tableaux sont tirés au hasard. C'est la matrice mère qui est la partie aléatoire. Ses éléments sont choisis en effectuant seize fois de suite le tirage suivant : on prend une poignée de graines au hasard, puis on retire les graines par 2 jusqu'à ce qu'il n'en reste plus qu'1 ou 2 qu'on place dans le tableau.

       tirage aleatoire

    On ne se contente généralement pas d'un seul tirage, mais on effectue plusieurs tirages de tableaux successifs jusqu'à obtenir des toka ou fohatse représentant la destinée du consultant. Dans ce cas, on les utilise avec la procédure de la poudre ci-dessus.

    Présentation | Règles de la divination | Expérimentation cognitive |
    Carnets de devin | Financement, publications, participants | Accès à la base de données